Découvrez Pillars of Eternity sur PC

Juste une heure après que Pillars of Eternity ait introduit un personnage dont le passé de globetrotteur avait été raconté de façon si éloquente, j'étais certain qu'elle serait à mes côtés pour le reste de la campagne, mais je l'ai retrouvée morte dans un tragique accident qu'elle a elle-même provoqué. Ce fut à ce moment-là que j'ai su que j'adorerais ce monde et cette histoire imaginaires sur PC. Cette histoire est si riche qu'elle peut se permettre de tuer un aventurier prometteur juste pour créer une certaine ambiance. C'est un choix audacieux qui aurait pu avoir des effets négatifs, mais le dernier jeu de rôle du développeur Obsidian a su garder la dynamique de l'histoire et faire durer le superbe jeu de combat tactique à l'ancienne pendant un délai impressionnant de 70 heures.

Plusieurs autres personnages ont croisé mon chemin les jours suivants, chacun avec ses propres histoires et sa personnalité, et souvent (mais pas toujours) doublé par un acteur compétent. Pillars of Eternity est un genre de nouveauté bienvenue en ce sens que des caractéristiques élaborées ne sont pas réservées uniquement aux personnages principaux. Elles sont étendues à tous les protagonistes, même à ceux trouvés au hasard sur les pavés de Defiance Bay, ou en train de cuver leur vin dans les coins des tavernes miteuses. Si vous communiquez avec leurs âmes, vous serez ébloui par leurs fascinantes histoires personnelles, mais qui n'ont rien à voir avec l'histoire principale. La qualité du scénario mise à contribution en ces instants est telle qu'ils ne perdent jamais entièrement leur attrait. Ce serait le rêve d'un amateur de jeu de rôle devenu réalité, s'il n'y avait pas ce petit désagrément dû au fait que certains personnages sont doublés et d'autres non.

Cette possibilité de « communiquer avec leurs âmes » n'est pas de la ringardise stylisée. Pillars of Eternity vous fait jouer le rôle répugnant d'un Gardien - c'est à dire quelqu'un qui peut « lire » les âmes de ceux (vivants ou morts) qui l'entourent pour avoir des visions de leurs vies passées ou de leurs motivations. La formule fonctionne à merveille, car cela permet à Pillars of Eternity d'éviter de tomber entièrement dans le piège du cliché du RPG au style Western entièrement prévisible, dans lequel un jeune héros arrogant s'élève de ses origines modestes et élimine tout ce qu'il y a comme dragons ou brigands.